Réalisation du site de Freddie : Armor Studio - 22190 PLERIN SUR MER LE ROSELIER Oyez, oyez, braves lecteurs qui me faites l’honneur de lire ces lignes, venez, suivez -moi sur ce « site du Roselier » à Plérin-sur-Mer. Vous connaissez ? Il surplombe la baie de Saint-Brieuc dans un cadre de rêve pour les familles des disparus en Mer « dans ce linceul bleu brodé d’écume blanche, sont ensevelis la main dans la main. Ils n’ont pas voulu de ces vulgaires planches qui les empêcheraient de revenir demain »*. Toutes ces stèles et plaques de granit sont autant de cénotaphes où l’on peut se recueillir à la mémoire de ces marins qu’on n’a jamais revus. Naufrages du  PETIT GRIPPET, le 21 février 1977, (1 victime), LE FORBAN et LE SANS PITIE, le 21 novembre 1977, (8 victimes), LE PESK COAT , le 19 octobre 1990 , (4 victimes), L’ENOS, le 21 décembre 2001, (2 victimes)… « Ne laissons pas leurs noms sombrer dans la légende quand se déchirent encore leurs voix sur les brisants ». « Ils avaient capté l’appel des sirènes, choisi les goémons pour dernier berceau ».«  Poète, toi qui viens méditer sur la lande, au pied de « croix des veuves » apprécie leur chagrin. Sauras-tu nous conter les larmes et les offrandes qu’ont versées sur ce champ l’épouse et l’orphelin »*. Je vous laisse imaginer le naufrage des cœurs de ceux qui restent, parents et amis.   Or désormais ils sont là, avec leurs monuments s’érigeant comme les grands mâts des navires. A la dernière commémoration pour le Bételgeuse le 12 mars 2011, Michael KINGSTON** disait : «  L’Ame de mon Père est ici » ». Nos marins ne meurent pas,  ils vont en Mer. Au pied de ces stèles, près de l’Ame de mes Marins, «  quand j’écris le soir sur les sables d’or, tout près de la Mer qui a vu périr tous ces beaux marins qui par-dessus bord, savent mieux que nous comme il faut mourir. »* Stèle du Bételgeuse, 51 victimes, 42 Français, 7 Irlandais, 1 anglais, 1 Néerlandais, le 8 janvier 1979 à Bantry Bay en Irlande. « Je voudrais que leurs noms s’inscrivent sur les pierres qui jalonnent sentiers, rivières et torrents. Faisons que nos falaises deviennent sanctuaires et qu’aux arbres on écrive « contemple ici passant ».* Tous ces beaux sites qui se créent en Bretagne viennent heureusement contredire mes dépits quand je m’élevais contre l’oubli qui s’installait dans les mémoires volatilisées. «  Et meurt le souvenir, on n’en parle même plus » .* Je ne pouvais admettre qu’une telle souffrance engendrée par ces naufrages, s’estompe aussi facilement par manque de repères. Venez vous promener le soir sur cette pointe du Roselier qui domine la Mer, vous entendrez les voix surfant sur les vagues, liées, marée montante, à la mélodie du vent. Combien de jours et de nuits, à Noël ou à Pâques, avons-nous scruté cette vaste étendue à la recherche de vos pauvres corps !. Etrange destinée qui nous a fait découvrir que vous aviez une âme «  qui veille maintenant dans la brume sur nos cœurs en vigie ».* Merci à vous de m’avoir suivi jusque là. Vous trouverez l’hommage que je leur offre dans mes pensées, chansons et autres écrits. Ma reconnaissance personnelle va vers ces premiers magistrats, Ronan Kerdraon, Sénateur Maire de la commune de Plérin-sur-Mer et Yves Le Faucheur, Maire Honoraire, qui ont si bien su combler ce vide spirituel subi par les familles éprouvées. * Toutes les citations du texte sont extraites des chansons de l’auteur. ** Michael KINGSTON, Vice Président de l’Association Bételgeuse, franco-irlandaise. Page d'accueil Qui est FREDDIE Ses chansons Paroles Extraits Contacts - Liens Livres et Pensées Les Noeuds Marins